Numérique & développement durable : focus sur l’optimisation logicielle

32a

Après les secteurs industriels et du bâtiment notamment, le thème du développement durable apparaît à présent timidement dans le domaine du numérique. Cette prise de conscience tardive s’explique entre autre par la quête de performances toujours plus grandes dans les industries micro-informatique et logicielle.

La Cantine Numérique rennaise s’est fait l’écho hier des préoccupations et des alternatives liées au numérique et au développement durable, en partant du constat que “l’industrie informatique est devenue la filière la plus polluante”. Aborder le développement durable à travers le prisme de la filière et des usages numériques se révèle délicat, compte tenu du “greenwashing” – la surexploitation de ce concept.

La réflexion engagée autour du développement durable concerne à la fois l’environnement, l’économie et le social : consommation énergétique, e-exclusion, éco-conception, reconditionnement de matériel informatique, mobilisation citoyenne, obsolescences programmée ou ressentie et optimisation logicielle ont été autant de thèmes abordés par les intervenants. L’économie sociale et solidaire relève d’une utopie pour certains, alors qu’elle en fait frémir d’autres craignant une régression associée au spectre de la décroissance.

La question de l’optimisation logicielle a en particulier retenu notre attention compte tenu de son caractère novateur dans le débat sur le développement durable. De lourdes conséquences en termes de consommation énergétique sont relevées avec l’explosion et la démocratisation du développement web (via les CMS par exemple). Mais les industriels du numérique ne s’impliquent pas vraiment dans le sujet pour le moment. On assiste donc à une prise de conscience du type bottom-up : des experts et des développeurs tentent de mettre en place des alternatives au “phénomène obésiciel”.

Quelques chiffres permettent de mieux assimiler l’impact du numérique sur l’environnement :

  • Multiplication des fermes de serveurs / data centers : Facebook a par exemple besoin de 50 000 serveurs, dont la consommation énergétique correspond à un TGV fonctionnant 24 h / 24 (soit 9 mégawatts)
  • Essor de logiciels de plus en plus consommateurs de ressources : alors que les fonctionnalités réellement exploitées par les utilisateurs ne sont en moyenne que de 30 %. Cela pose donc la question d’une simplification des logiciels.

La communauté des Green IT s’est ainsi développée dans le but de “sensibiliser les acteurs TIC sur la problématique environnementale”. Olivier Philippot a présenté le Green Code Lab, un mouvement collaboratif rassemblant des développeurs qui se sont fixés pour objectif d’identifier, d’expérimenter et de diffuser des “green patterns”. En bref, il s’agit de travailler sur l’éco-conception logicielle. La remise en cause du développement “quick and dirty” passe par une sensibilisation en amont des développeurs pour favoriser de bonnes pratiques. L’issue finale tend vers une minimisation de la dette technique, qui est logiquement liée au déploiement logiciel.

32b

La lutte contre le “phénomène obésiciel” et l’avenir de l’éco-conception logicielle dépendent du développement des “green patterns” et de leur adoption par les développeurs. La finalité de ce processus implique une réelle prise en compte des utilisateurs, afin de leur proposer des logiciels répondant à leurs besoins tout en réduisant leur consommation énergétique.

This entry was posted in MediaMorphose and tagged , , , , , . Bookmark the permalink.

One Response to Numérique & développement durable : focus sur l’optimisation logicielle

  1. Pingback: Ecosia, moteur de recherche gratuit et écologique pour les philanthropes | LaMediAddict

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s