Pour contribuer aux défis posés par la révolution numérique des médias : le projet MediaTecHub

34

Pour beaucoup, la presse apparaît aujourd’hui comme un secteur “sinistré” et précaire, fragilisé par la révolution numérique et miné par l’évolution des pratiques de lecture. Choisir de se spécialiser dans ce domaine relève pour certains de l’aberration ou du “suicide”, voire de l’emprunt d’une “voie de garage”.

Si Sarah et moi avons opté pour un Master Management des Médias, c’est au contraire avec l’idée l’espoir de contribuer aux défis de renouveau auxquels fait face le secteur de la presse. A nos yeux, l’information constitue actuellement un espace propice aux expérimentations au sens où les éditeurs connaissent une période de redéfinition, liée au bouleversement de leur modèle. Nous vivons un tournant dans l’histoire des médias : il leur faut se réinventer pour subsister.

Nous avions donc du mal à accepter l’idée que le sujet de notre projet de fin d’études se résume à l’établissement d’un business plan pour le lancement hypothétique d’un “énième” titre de presse, qui resterait très probablement dans un carton… C’est pourquoi nous avons décidé de nous focaliser sur ce qui nous passionne dans les médias, à savoir la réflexion autour des business models de demain.

Les enseignements dispensés par le Master nous ont permis d’affiner notre perception du secteur des médias et de ses enjeux. Leur modèle économique traditionnel se craquèle au gré de la multiplication des sources d’informations – pour beaucoup gratuites sur le web -,  de la désaffection progressive des lecteurs et du grignotage des recettes publicitaires.

Il semble que de nombreux médias dits traditionnels aient sous-estimé l’ampleur de la révolution numérique dans les années 1990-2000, en transposant progressivement des contenus du print sur le web. L’inscription dans ce tourbillon novateur s’est faite à tâtons, alors que des acteurs de la nouvelle économie se sont positionnés avec conviction. Compte tenu de la conversion fulgurante des lecteurs au numérique, les éditeurs ont été contraints d’adopter des stratégies à retardement, en tentant notamment d’insuffler des dynamiques participatives, propres au web 2.0.

Le “retard” des éditeurs en la matière expliquerait donc l’euphorie médiatique autour des nouveaux supports tactiles notamment, dans l’espoir de répondre aux besoins de monétisation qui n’ont jusque-là pas été solutionnés par leur présence sur Internet.

La recherche de modèles économiques viables, pour du multi-support ou du tout numérique, impose des changements : la dimension industrielle de la presse est en perte de vitesse face à une dématérialisation qui paraît aujourd’hui inéluctable. La bataille des audiences fait par exemple rage, malgré l’aura des élections présidentielles de 2012 qui devraient contribuer à booster la consommation d’information.

Avec de tels bouleversements et tant d’incertitudes, les expérimentations ne pourront se faire ni du jour au lendemain, ni sans un certain nombre de projets, d’essais ratés et de redéfinitions. Le temps des velléités nous paraît dépassé, il est impératif que chaque média trouve de nouvelles marques pour se différencier et s’imposer dans un univers médiatique en effervescence constante.

C’est l’orientation que nous avons voulu donner à MediaTecHub, en construisant un projet d’entreprise de prestation de services aux éditeurs de contenus. Axée sur le conseil, la réflexion autour de modes de navigation innovants constitue un exemple de services à forte valeur ajoutée qui pourraient faire l’objet d’une monétisation sur le numérique.

This entry was posted in MediaBullition, MediaMorphose, MediaXperience. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s