La ruée dans les kiosques, symptomatique des épisodes de crise des titres de presse (aujourd’hui La Tribune)

La parution du dernier numéro du quotidien La Tribune aujourd’hui, suscite bien évidemment émotion et réactions de soutien en grand nombre. D’autant plus qu’elle coïncide avec l’annonce de son tandem repreneur par le Tribunal de Commerce, France Economie Régions et Hi-Média. Il suffit de jeter un œil sur Twitter… Ce matin, Hi-Média est en 6e place des Trending Topics France. Bien sûr, il est difficile d’imaginer que les péripéties d’un acteur de la presse française parvienne à détrôner aussi rapidement le #Sarkoshow qui a enflammé la twittosphère hier soir !

Aujourd’hui, on va se ruer dans les kiosques pour acheter ce dernier numéro parce qu’il est collector. Peu importe qu’on n’ait jamais été un lecteur de La Tribune, mais on y va parce que ça se fait, parce que c’est un événement marquant dans l’histoire de la presse et parce qu’on a envie de rendre hommage au titre. Pour ma part, j’ai eu de la chance : je suis parvenue à attraper ce matin le déjà dernier exemplaire qui se trouvait chez mon kiosquier ! La Tribune connaîtra sûrement un pic de vente record pour ce dernier numéro quotidien, peut-être même sans invendus ? Cela n’est pas sans rappeler le carton de Charia Hebdo, numéro spécial de Charlie Hebdo à l’origine de l’attaque des locaux du journal, qui a fait l’objet d’une réédition après que les kiosques aient été dévalisés en quelques heures. Ces numéros sont révélateurs de l’histoire d’un titre ; certains finissent même aux enchères sur le web.

Tweet

Acheter et garder un numéro historique relève peut-être un peu du fétichisme tant l’objet est habituellement éphémère. Il est fini le temps où on conservait des piles de journaux chez soi, comme on pouvait le voir chez nos grands-mères. Désormais – et c’est normal – si jamais on achète un quotidien, il finira très vite (au mieux) au recyclage, (au pire) à la poubelle tant l’actu bouillonne et tant les sources d’information sont diverses. Je considère que seules les Unes vraiment historiques méritent un archivage dans une bibliothèque. C’est pourquoi j’ai gardé le Monde et le NYT datant de l’élection de Barack Obama, ainsi que le WaPo du jour de son investiture à la présidence en 2009, aux côtés de quelques numéros emblématiques de Time Magazine et de Newsweek. Certes, ces quelques exemplaires font office de souvenirs, mais ils sont bien plus que cela à mes yeux. Ils signifient « I was there » ! Les photos sont loin d’avoir la même signification qu’un titre de presse. Symboliquement, un titre de presse a une dimension sociale et noble. Malheureusement pour ma bibliothèque qui déborde, mon idolâtrie s’étend évidemment à l’actu médias… C’est pourquoi ce n°4903 de La Tribune y aura sa place, tassé contre le dernier n° de Bakchich et du Tigre, le premier n° du Mensuel de Rue89 et de la nouvelle version de CBNews pour n’en citer que quelques-uns. Je regrette qu’il manque à ma collection le dernier n° de France Soir qui n’est jamais sorti de presse.

Pour illustrer ce billet, j’ai d’abord pensé à choisir la Une de ce n°4903, mais la photo circule déjà massivement depuis le bouclage hier sur le web. C’est pourquoi, j’opte plutôt pour le trombi des acteurs du quotidien, pour que les malchanceux qui n’ont pas pu le trouver en kiosque ce matin aient un aperçu du côté humain de l’aventure.

La Tribune

La dimension sociale de la redéfinition de la presse est colossale, souvent cannibale. Pour la Tribune, on parle de 50 postes sur 165 qui devraient être conservés. A France Soir, on a évoqué plus de 80 licenciements sur 127. Au plan humain, le choc est rude. Les témoignages émotifs et de soutien affluent, voir en page 16 ou ici où se côtoient les « Merci ! » de Maurice Lévy, Rémy Pflimlin, Emmanuel Hoog, Xavier Niel, etc. Le bouclage du dernier numéro « entre rires et larmes » suscite des hommages émouvants. La vie de La Tribune n’est pas finie, elle va prendre le virage du numérique en conservant une version hebdomadaire papier qui paraîtra dès avril.

Les derniers événements ayant trait aux médias révèlent pourtant que la mobilisation des lecteurs arrive souvent trop tard, dans un sursaut de solidarité lorsque la crise est à son paroxysme. La presse est « malade ». Pas de fatalisme, la désaffection des lecteurs pour la lecture de la presse quotidienne a des racines profondes. Le regain d’intérêt et de parts de marché doit passer par une refonte des modèles, des contenus. Acheter et lire un quotidien ne me convient pas, je n’ai ni le temps à y consacrer ni l’argent. J’ai bâti ma consommation d’information sur un autre modèle. Je papillonne, je ne suis attachée qu’à peu de titres en particulier. Les actualités basiques, j’en prends connaissance à la radio, en zappant à la télé, sur les réseaux sociaux ou en naviguant sur le web.

C’est la dernière année où je peux bénéficier de l’opération Mon Journal Offert, une fois par semaine. Je le reçois, je l’oublie, je le laisse traîner, je le feuillette en diagonale. C’est cool, mais je sais que je ne m’abonnerai pas l’an prochain. Les périodicités hebdomadaire et mensuelle me satisfont bien plus qu’un quotidien que je ne vais feuilleter qu’avec parcimonie. L’opération Mon Journal Offert ambitionne de donner aux jeunes le goût de la lecture de la presse. J’aime déjà la presse, depuis longtemps. Mais je rêve d’une nouvelle presse qui me corresponde. Et pourtant j’achète les titres quand ils sont au plus mal, dans leur dernier souffle…

Pourquoi j’en parle ?

J’avais prévu d’écrire un billet sur un autre thème. Mais les vagues d’hommages à La Tribune ne me laissent pas insensible.

This entry was posted in MediaMorphose and tagged , . Bookmark the permalink.

One Response to La ruée dans les kiosques, symptomatique des épisodes de crise des titres de presse (aujourd’hui La Tribune)

  1. Pingback: La presse en question : déontologie et qualité de l’information passées au crible | LaMediAddict

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s