Dans la déferlante de l’info en ligne et des pure players : focus sur le HuffPost & le HuffPouf

Ces derniers mois, l’effervescence autour de l’info en ligne n’a de cesse d’alimenter les chroniques médias. Dernière actu en date, le lancement en fanfare du Huffington Post à la française, le 23 janvier dernier. Les élections approchent et le secteur est en ébullition, à tel point qu’on serait presque dépassés par tant d’activités dans la sphère média ! Pour un décryptage détaillé de l’actualité du paysage médiatique depuis septembre 2011, je vous conseille la lecture de ce billet. En bref, on pourrait dire : innover pour mieux informer ? Pourquoi pas.

Allons enfants de l’Internet, le jour de gloire est va arriver ?!

Les acteurs traditionnels sortent les armes sur le web (France TV Info, Le Lab Europe 1, Express Yourself, Le Plus du NouvelObs, etc.). Ouest-France vient même enfin de sortir son appli iPhone, alors que Le Télégramme se lance sur l’iPad. Les pure players ne sont pas en reste, puisqu’ils n’ont cessé d’éclore ces derniers mois (The Pariser, Quoi.info, Newsring, etc.). Quelle est leur recette miracle ? Levées de fonds et puis en avant à la conquête de l’audience, sacro-sainte référence pour espérer se tailler une maigre part du gâteau des recettes publicitaires en ligne. Lemodèle du payant demeure timide, à l’exception de Mediapart qui a atteint son seuil de rentabilité en séduisant plus de 58 000 abonnés l’an dernier. DijonScope, pure player hyperlocal, a décidé de suivre le mouvement, avec des résultats en-dessous des objectifs pour le moment. Mais quel emballement ! A tel point qu’on en oublierait presque les pionniers du genre… Mais non, ouf… L’annonce du rachat de Rue89 par Claude Perdriel a permis de replacer les projecteurs sur « l’info à trois voix » juste avant Noël.

Avec un soupçon de participatif par ci et quelques contributeurs de renom par là, l’internaute n’est pas franchement désarçonné par la nouveauté, mais plutôt par le caractère pléthorique de l’info en ligne. Ah, mais j’allais oublier de mentionner Slate.fr. Pas de gros buzz, mis à part le fait qu’on retrouve désormais à la TV une de ses icônes, Vincent Glad, sur le plateau du Grand Journal de Canal +, pour une chronique décryptant la campagne présidentielle sur le web. On l’a connu comme l’une des figures du journalisme LOL : on se peut-être serait attendus à le voir dans le Petit Journal de Yann Barthès… Mais bon, les cafouillages des politiques sur la toile ça peut être drôle et le Grand Journal est classé comme divertissement :) Le focus sur un journaliste n’est pas anodin. Oui, parce que les pure players, il faut bien l’admettre, se développent grâce à des personnalités marquantes (Edwy Plenel, Pierre Haski, Frédéric Taddeï, etc.).

tweet

Entendez-vous sur la toile, mugir le féroce HuffPost ?

Pas besoin de s’étendre longuement sur la réussite du HuffPo outre-Atlantique : lancé en 2005, il a explosé pendant la campagne présidentielle américaine de 2008. Le pure player a poursuivi son ascension : véritable succès en termes d’audience, puisqu’il a dépassé le site du New York Times, dont la marque est pourtant bien implantée sur le web. Un miracle ? Pas vraiment, le mélange constitution d’une communauté de bloggers experts ou de renom et agrégation d’informations a pris. Mais avant tout, c’est bien la personnalité d’Arianna Huffington et son réseau qui ont contribué au triomphe du HuffPo.

En 2011, certains ont vu dans Atlantico la déclinaison d’un « HuffPo à la française ». L’attente n’aura pourtant pas été longue pour que le projet d’un vrai HuffPo France ne soit dévoilé, dans la continuité des versions canadienne et britannique. Après des mois de rumeurs, on l’attendait, il est enfin arrivé : le Huffington Post France,« amazing » ! La naissance du dernier-né des pure players n’est pas passée inaperçue, en présence de la star Arianna Huffington. Près de 250 journalistes étaient là pour couvrir l’événement, alors que le site n’en n’a embauché que 8. Le choix d’Anne Sinclair comme directrice éditoriale a contribué à faire monter la pression, tout en trouvant un nouveau prétexte pour remettre le sujet DSK sur le tapis… Bref, passons. Lancé en partenariat avec Le Monde, le HuffPo.fr a finalement sonné le glas de l’expérience du Post.fr, devenu un fardeau pour le groupe. Alors qu’au départ, le HuffPo était censé s’appuyer sur la communauté du site participatif du Monde Interactif, le message d’adieu a été des plus laconiques :« dès le 23 janvier, Le Post s’arrête et laisse sa place au HuffPost (…) ».

Même maquette que celle du site US, la marque du Huffington Post est vouée à se décliner à l’international à l’identique sous la patte de sa fondatrice. Seule la langue et le réseau de contributeurs changent. Un édito, signé d’Arianna, a levé le voile sur les premiers bloggers invités : Guy Carcassonne, Julien Dray, Nicolas Bedos, Rachida Dati, Guillaume Erner. On peut depuis ajouter au casting : Raymond Domenech ou Bertrand Delanoë pour n’en citer que deux. Ce magnifique habillage de la homepage nous aveugle avec L’Oréal Men Expert, dont l’effigie est accessoirement le célèbre Docteur House. Pas de doute, la mondialisation culturelle est bien là et le modèle publicitaire est flagrant🙂 D’ailleurs, la rubrique « La vie digitale » est sponsorisée par Orange.

HuffPo

Pour l’anecdote, le Washington City Paper s’était amusé pour le 1er avril 2009 à transformer son site en parodiant le HuffPo, rebaptisé Huffington City Paper pour l’occasion. Preuve de son audace, l’anecdote est même mentionnée dans l’article« April Fools 2009! The Best pranks of the year » (sur le HuffPo le 11 juin 2009). Mais la blague a-t-elle réellement été au goût d’Arianna Huffington ? Le blog Mediadecoder (NYT) de David Carr s’est fait l’écho de la demande du HuffPo de supprimer cette archive du City Paper en juin 2009 seulement. Mais ça c’était le lendemain de la publication d’un article critique du HuffPo par le Washington City Paper. Simple hasard du calendrier ? Pas si sûr aux yeux du rédac chef du site concerné…

Contre nous de la tyrannie, la révolution des bloggers est en marche !

La polémique autour de la non-rémunération des bloggers, qui avait enflé outre-Atlantique après la cession du HuffPo US au groupe AOL pour 315 millions de dollars, a également émergé en France. L’élément déclencheur a été un billet de Christophe Ginisty : « pourquoi j’ai refusé d’écrire pour le Huffington Post français ». Ah oui, la précision est peut-être nécessaire : les bloggers dont les billets sont diffusés sur le HuffPo ne sont pas rémunérés, parce qu’ils y gagnent déjà suffisamment en notoriété et en visibilité. Le débat était lancé et tout le monde y est évidemment allé de son commentaire. Pour n’en citer que trois (tant cela a pris de l’ampleur sur la toile) : « faux débat » pour Benoît Raphaël et coup de gueulede Thierry Crouzet, alors qu’Erwann Gaucher a tenté d’élaborer une typologie des cas dans lesquels un bloggers pour un site média pouvait prétendre à rémunération. Bref, la question épineuse – et pas nouvelle – demeure en suspens.Ce billet d’Agnès Maillard : « Je suis une légende … du web » raconte d’ailleurs avec ironie les travers de l’activité de blogging.

En réaction au modèle du HuffPo, une parodie menée par quelques bloggers a vu le jour via le HuffPouf : « un rassemblement à la mode Kolkhoze de blogueurs aux tarifs élevés. L’idée est donc simple : Du LOL et du sérieux. Pour se moquer des “pure players” au cul serré, subventionnés par l’argent public et qui ne payent pas le travail des blogueurs ». Anticipant le lancement du HuffPo, le HuffPouf s’est fait remarquer par un édito lettre ouverte à Anne Sinclair. Le site et le compte Twitter n’ont pas été alimentés depuis le 31 janvier… Simple coup d’éclat ou passage à vide ?

This entry was posted in MediaBullition and tagged , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s