Lancement de la première édition MediaLab Session à Nantes : acte 1

Vous connaissez le principe des start-up weekends ? MediaLab Session c’est un projet dans le même esprit qui s’intéresse au domaine des médias. L’objectif : concevoir un média en 48 heures en repensant « les contenants et contenus médiatiques ». La méthode : rassembler et mutualiser un spectre de compétences pour constituer des équipes pluridisciplinaires, alliant journalistes, communicants, designers, développeurs, étudiants comme professionnels. Parrainée par Nicolas Voisin (Owni, 22Mars, Tactilize), cette première édition de MediaLab Session est portée par une équipe soudée autour de son fondateur Romain Saillet, avec Simon Robic, Yoann Digue et Emmanuelle Sibiril notamment.

MediaLab Session

Le défi qu’ont accepté de relever les participants à l’événement est de bâtir des projets de créations médiatiques en un weekend (du 11 au 13 mai 2012). Pour y parvenir, ils bénéficieront de l’accompagnement et de conseils prodigués par des mentors : Philippe Couve, Nirina Thibault, Romain Guefveneu, Walter Bouvais, Arnaud Chaigneau, Olivier Dassonville et Christophe Cariou. Une trentaine de participants va tenter l’aventure, un nombre déjà conséquent pour assurer un accompagnement optimal des groupes. Le weekend se conclura par la présentation de leurs réalisations à un jury d’experts des médias et d’entrepreneurs dimanche soir au cours d’un pitch de cinq minutes seulement. L’enjeu sera de voir comment les membres des équipes seront parvenus à travailler ensemble, en un temps limité, pour proposer un projet autant construit et abouti que possible.

Soirée de lancement de la MediaLab Session

MLS présentation

Une trentaine de participants a assisté à la soirée de lancement de la MediaLab Session dans les locaux de SciencesCom à Nantes. Romain Saillet a rappelé l’organisation et les objectifs de cette expérimentation. L’idée n’étant pas de parvenir à révolutionner les médias en 48 heures, mais bien d’élaborer des projets innovants par petites touches. Cette courte phase de cadrage s’est révélée des plus utiles, notamment au niveau des méthodes de travail, telles que les pitchs ou les brainstormings. Certains participants ont en effet admis qu’ils n’étaient pas forcément familiers avec ces pratiques. Au vu de son mode de fonctionnement, ce type d’événement génère donc de véritables challenges, en particulier du fait de sa courte durée et du regroupement d’individus d’horizons variés pour travailler ensemble.

Pour encourager les discussions et la mise en pratique, un exercice d’initiation au pitch a été lancé après la constitution de quatre groupes de manière aléatoire. Le tirage de deux papiers a suffi pour amorcer la séance : un type de média et une thématique. Puis, quelques minutes pour discuter et imaginer un pitch d’une minute seulement, la sonnerie du chronomètre marquant la fin (non négociable) de la prestation. C’est ainsi que quatre projets sont nés : un pure player sur les gens (à la mode d’un « Jean-Pierre Pernault sur le net »), une webradio européenne, une application dédiée à l’économie (basée sur des visualisations des secteurs recrutant et des emplois numériques) et une webTV sur les animaux (pensée pour que les enfants puissent découvrir un pays avec un animal comme point d’entrée). Cette courte session a révélé qu’à partir d’une idée générale, il était possible de faire émerger des projets aussi divers que variés après seulement quelques échanges, même entre des personnes ne se connaissant pas forcément. C’est ici que les propos de Romain Saillet ont déjà pris toute leur dimension : « la MediaLab Session c’est presque avant tout une aventure humaine ! ».

Choix des projets et constitution des équipes

MLS pitch

Sur la trentaine de participants, le nombre d’hommes s’est révélé être plus élevé que celui de femmes avec des proportions de l’ordre deux tiers / un tiers. Ce type de constat paraît pourtant récurrent : que l’on parle des univers high-tech comme des médias, les femmes y sont bien souvent sous-représentées. Je ne vais pas donc m’attarder sur ce manque de parité, mais plutôt déjà saluer la présence de participantes féminines ! Après tout, ce weekend ne sera pas fait que de projets de mecs, et c’est déjà ça. Parmi les participants, certains étaient venus avec une idée en tête : six pitchs de projets ont donc eu lieu afin de tenter d’y rallier des forces vives et de constituer des équipes.

Voici les six idées présentées brièvement (sachant que toutes n’avaient pas de noms de code) :

  • Un magazine mensuel gratuit bi-média (print-web) news ou lifestyle
  • « MediaPeuple » : une revue du web sur les gens ordinaires
  • Un pure player hyperlocal axé sur les faits divers et la justice, avec une attention portée au dynamisme des réseaux sociaux sur l’actualité locale
  • « Style connect » : une webcast événementielle (sport, musique, etc.) que l’usager peut s’approprier et qui comporterait une dimension sociale pour rassembler des communautés de passionnés
  • « Glastnost » : une page blanche alimentée par une rédaction en open source, passant par la mise en ligne de contenus bruts géolocalisés
  • Une webradio citoyenne européenne s’appuyant par exemple sur les radios universitaires pour faire entendre les sons de protestation.

Les sujets de ces projets reflètent globalement les évolutions en cours dans le secteur des médias : seul un projet bi-média, beaucoup de web, du contributif, du communautaire, etc. Il est possible de remarquer l’absence d’idées portées par de purs geeks : pas de projets fous de visualisations de données, de social games, etc. La forte composante journalistique des participants y est très certainement liée.

Ces porteurs de projets qui se sont livrés à l’exercice du pitch ont été contraints d’aller à l’essentiel pour faire passer leurs idées au public en une minute. Logiquement, certains mentors ont relevé que la principale faiblesse de leurs présentations reposait sur l’absence d’évocation des compétences nécessaires pour mener à bien leurs projets. Les participants ont discuté entre eux et avec les porteurs de projets. Certains ont directement choisi leur projet « par coup de cœur », alors que d’autres ont davantage papillonné de groupe en groupe.

MLS tableau équipe

La constitution de quatre équipes s’est finalement achevée, éliminant deux projets. Les porteurs de projets ont rapidement réalisé des déséquilibres ou faiblesses en termes de compétences, avec le constat d’une surreprésentation des journalistes, d’un manque de développeurs et surtout de designers. La dimension média de la MediaLab Session est peut-être un facteur explicatif de la présence limitée de compétences techniques et graphiques. Mais cela n’arrêtera pas les groupes, ce paramètre est un défi à relever pour les participants ! Les projets en lice pour les prochaines 48 heures sont donc : le magazine mensuel gratuit bi-média, le pure player hyperlocal axé sur les faits divers et la justice, la webcast événementielle et la page blanche alimentée par une rédaction en open source.

Un petit apéro et les équipes se sont déjà mises au travail pour faire plus ample connaissance et pour définir globalement leurs projets. Quelques mentors les ont déjà accompagnés dans cette première phase. Cela étant, les locaux de SciencesCom fermant leurs portes à 22 heures pour cette première soirée, c’est parfois avec difficulté que les organisateurs ont dû « chasser » les participants qui, pour certains, étaient déjà bien lancés dans l’aventure. Des conseils de repos leur ont été prodigués pour tenir le choc des prochaines 48 heures. Le rendez-vous a été fixé au samedi matin à 9 heures, mais sans aucune contrainte jusqu’au dimanche 18 heures. Nous verrons si certains groupes adoptent un mode de travail en non-stop jusqu’à cette échéance pour porter leurs projets le plus loin possible.

Un petit coup d’œil sur #mlsnantes samedi matin révélait que certains participants étaient très bien lancés !

This entry was posted in MediaBullition and tagged , . Bookmark the permalink.

4 Responses to Lancement de la première édition MediaLab Session à Nantes : acte 1

  1. Pingback: Les premières 24 heures de la MediaLab Session : acte 2 | LaMediAddict

  2. Pingback: Les coulisses de la MediaLab Session : acte 3 | LaMediAddict

  3. Pingback: Compte à rebours avant les pitchs finaux de la MediaLab Session : acte 4 | LaMediAddict

  4. Pingback: Les pitchs devant jury, le grand final de la MediaLab Session : acte 5 | LaMediAddict

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s